dimanche 11 octobre 2015

Trail du Viaduc des Fauvettes 2015

Podium TVF 2015 -  ils m'entourent : Yoann Morisse 2ème, Loïc fouquet 3ème
Aller je me lance, j'ai pris mon pied !

Je suis dans une excellente dynamique en ce moment tout juste auréolé d’une victoire sur la TVTC 24, il y a 8 jours, j’aimerai que ça dur. Surtout que le TVF sera mon dernier Trail de l’année. Alors pour poursuivre cette dynamique nous allons profiter de cette belle journée d'automne pour faire le déplacement à Gometz-le-Chatel en famille. Le Tracé en boucle permet au coureur de recevoir du réconfort. L'esprit trail nous y sommes en plein dedans que ce soit par l'ambiance si particulière et par le dépassement de soi que propose cette formule. C'est une très bonne idée que d'essayer de relever le défi. Bien sûr, il y a la course avec un mais chacun vient ici avec son objectif de parcourir de 1 à 5 tours ou tout simplement pour profiter de l’excellente ambiance qui règne sur cette course.
La boucle cette année compte 10 km comme d'habitude. Mais aussi annoncée cette année un poil plus vallonnée. 400 m de D+ contre 380 l'année dernière. On y trouve des fonds de ruisseau, des arbres couchés, beaucoup d'arbres couchés, des racines, des montées très très raides, de beaux monotraces... Un parcours savoureux que l'on a hâte de refaire et refaire mais qui peut se transforme vite en un véritable cauchemar.

Du coté des favoris nous retrouvons cette année 5 des 6 premiers de l'année dernière seule Olivier double vainqueur sortant manque à l'appel. Je ne tarde pas à retrouver Loïc et Yoann sur la ligne de départ, nous avions l'année dernière partagé pas loin de 40 km avant que les crampes m'obligent à ralentir à l'amorce du dernier tour.

En course, nous attaquons ce trail par une petite boucle dans Gometz nous menant au pied de la belle église pour étirer le peloton. Après un 1er passage et 1,2 km nous partons à la découverte du vrai parcours. Qu’est-ce que l’équipe du Castel Trail nous a préparé ?

1ère boucle, notre départ est prudent beaucoup moins kamikaze que l’année dernière. Si vous lisez la suite vous comprendrez qu’il fut encore trop rapide. Néanmoins, les prises de risques s’avèrent majoritairement payantes depuis quelques temps. Il faudra serrer les dents. En ce début de course, seul Romain occupe les premiers plans mais nous savons qu'il ne s’aventurera pas au-delà du 1er tour. Très vite comme si nous nous n’étions jamais quittés je retrouve Loïc et Yoann. Nous gardons une bonne minute d'avance mise à mal suite à une petite erreur de parcours sur un second groupe composé des autres favoris avec Luca Papi et David Hardy. Verdict sur le parcours, ils nous avaient promis un parcours plus difficile. C’est une promesse tenue avec 10 km et 400 m de D+. Cette boucle se montre aussi plus physique avec quelques parties roulantes en moins et des montées plus éprouvantes en témoignent la terrible côte pour remonter sur le viaduc, du sable et des escaliers très irréguliers. Ce passage promet d’être terrible lors de la dernière boucle. Pourtant nous passons sans broncher. Cette boucle n’est pas seulement difficile elle est ludique et est aussi très jolie avec quelques belles perspectives. Nous réalisons cette 1ère boucle en 1h00  prologue compris. C’est un bon départ.


2ème boucle, Yoann a visiblement des fourmis dans les jambes, lui qui sera sur l'endurance des Templiers dans 15 jours a envie de se tester (où il prendra une belle 11ème place). Il repart vite, si bien que notre petit groupe explose. De mon côté j'essaye de recoller au train, sans y parvenir, je prends la sage décision de poursuivre à mon rythme. Derrière, Loïc marque aussi le coup. Yoann aérien montrait des signes de facilité, le voir filer devant ne m'étonne pas il pourra faire un beau vainqueur. Alors concentré sur ma course en abordant les dernières difficultés de cette seconde boucle je retrouve Yoann sur mes talons ? Je comprends très vite qu’il a fait une erreur il me racontera qu’il  a suivi un groupe de marcheur remontant sur le Viaduc alors qu’il fallait prendre en dessous par le dévers sablonneux. Une petite montée et un aller / retour pour rien lui coute je pense une grosse minute et des forces. C'est finalement groupé que nous achevons cette 2ème boucle en à peine 55 min, je reçois le soutien de ma famille à chaque passage, c'est vraiment sympa.

3ème boucle, je dirais rien de nouveau, enfin pas vraiment car la course a bien failli se terminer pour moi fracassé sur un tronc. Alors en pleine descente avec mon équipier au moment même où je prenais mon impulsion pour sauter un tronc d’arbre en travers mon pied droit me servant d’extension heurte une souche invisible. Je ne sais par quel réflexe j’ai réussi à rattraper cette dérobade en avant. Je ne regrette pas mes heures en salle pour faire du renforcement musculaire. Dans l’affaire je n’ai pas pu sauver l’un de mes petits orteils. A part sa j'éprouve quelques difficultés à suivre Yoann par moment. J’ai l’impression qu’il met des petites mines. En réfléchissant  je pense qu’il suit le rythme de la musique qu’il écoute ?  Je reste concentré sur ma course en ne faisant pas d’effort superflu, je rentre au train sur le Viaduc. Nous achevons la 3ème boucle en 58 min.

4ème boucle, les jambes commencent à être lourdes, les difficultés sont de plus en plus durs comme si les vallons c’étaient creusés. Les montées sont plus longues nous courrons moins et les faux plats de véritables côtes. D’ailleurs nous sommes moins bavards comme si nous étions plus recentrés sur nos sensations. Surprise Yoann me laisse passer devant dans la 1ère vraie difficulté de cette boucle, assez surprenant ? Je prends les reines du duo et amène tranquillement Yoann à mon rythme. Oui mon rythme, le rythme qui me semble être le bon pour maintenir les écarts et en garder pour le dernier tour. Les difficultés s’enchainent et sans me retourner j’ai l’impression que Yoann souffre plus que moi. Plus loin, je ne sais plus dans quelles difficultés tant elles s’enchainent les unes derrières les autres je me retrouve seul, je n’entends plus mon compagnons. Surpris je me retrouve en tête de la course sans avoir forcé l’allure, toujours en essayant de garder l’allure qui me semble être la bonne. 1h02 pour cette boucle. Le chrono affiche environ 3h56 de course.


Bravo Yoann !


5ème boucle, ravitaillement rapide aidé par ma famille pour la fourniture des deux  flasques de 20 cl par tour, un peu juste. Pour compléter je dois boire au moins l’équivalent au ravitaillement ce que je ne parviens pas à faire, ça va se payer. Je repars du ravitaillement en marchand pour finir de m’alimenter. C’est reparti, ne pas craquer, avancer et toujours avancer, courir au maximum, gérer… Je m’attends toujours au retour de Yoann persuadé qu’il va revenir. Je n’ai aucune information sur les écarts. Le faiblissaient amorcé dans le 4ème tour s’accentue. Cette dernière boucle est synonyme de gestion, je dois gérer mon effort et particulièrement faire attention aux changements de rythmes. Mes muscles sont aux bords de l’asphyxie. Ils se contractent un peu voir beaucoup mais j’arrive à chaque fois à repartir. Je sers les dents et j’évite la grosse crampe qui pourrait m’arrêter. Même la cote du Viaduc va passer mais qu’elle fut longue et difficile. Il ne me reste plus que l’a bosse du cimetière. Celle-là même qui m’avait clouée sur place l’année dernière. Donc il est trop tôt pour se réjouir malgré les quelques mètres encore à parcourir. Je sors du bois et je retrouve du renfort, oui ! Mes enfants sont venus à ma rencontre. Ils arborent un large sourire  
témoignant de leur joie et de leur fierté de retrouver leur père si bien placé. Ils se sont positionné tout en haut du pré sous les pommiers, eux aussi ils en ont parcourus du chemin en faisant des allers et retours. Je les encourage pour aller plus vite comme si j’avais encore peur du retour de Yoann. Nous montons ensembles la cote du cimetière tant redoutée, ça se passe bien, ouah ! Quel bonheur il ne reste plus qu’à descendre et à retrouver la chaleur  de ce cœur de village, le chrono indique 5h02 ce qui veut dire que j’ai parcouru la dernière boucle en 1h06, J’ai gagné et pourtant j’ai envie de partager la victoire avec Yoann arrivé juste 2 minutes derrières moi et tout aussi méritant. D’ailleurs, à quelques hectomètres près dans la 4ème boucle… je pense que nous aurions certainement fini ce TVF 2015 ensemble ma joie aurait été tout aussi grande.
Une belle arrivée, bien entouré !

Les photos :
1er Album photos Castel Trail

2e Album photos Castel Trail






vendredi 9 octobre 2015

Trail du Viaduc des Fauvettes 2015 - J-3






Photo : TVF 2014
Gometz le Chatel dans l'Essonne sera le terrain de jeu de près de 400 coureurs pour courir le très beau Trail du Viaduc des Fauvettes. Ce trail sera le dernier trail de ma saison avant une petite pose et les cross hivernaux.
C'est un joli trail en circuit de 10 km à parcourir 5 fois comportant de nombreuses difficultés et pas moins de 400 m de D+ par tour. Ce parcours pourra permettre aux accompagnateurs et visiteurs de suivre la course de très très près. Si vous venez vous pourrez aussi découvrir l'église ou pourquoi pas une partie du parcours pour nous encourager. Alors peut-être à dimanche pour mettre de l'ambiance sur le bord des chemins !

Trail du Viaduc des Fauvettes 2015

mardi 6 octobre 2015

TVTC 2015 - "Tu viens, Tu cours"

Mon 2ème opus pour ma préparation au TVF 2015 m'amène à deux pats de la maison à Villiers-Saint- Frédéric sur le Trail " Tu viens, Tu cours". Une belle course nature entre la ville, les champs et la forêt. Course originale avec un départ à 19h00 promettant une fin de course  à la bougie, aussi l'organisation réserve quelques belles surprises pour améliorer l'ambiance de la course. jeu de lumière, musique et bien sûr quelques belles difficultés. TVTC c'est aussi la fête du sport avec des courses pour les plus jeunes l'après-midi, une marche, une course 5 km et des structures gonflables. Tout est  réuni pour que tout les sportifs y trouvent son compte.
TVTC 24 km c'est deux boucles de 12 km à parcourir avec pas loin de 300 m de D+ par tour sur chemin et sentiers et un tout petit peu de route. La majorité du dénivelé se trouve dans les 8 derniers km. Trailer et routier pourront ici trouver un terrain d'entente...
Coté course contrairement à la semaine dernière, je suis en jambes. La semaine c'est faite plus légère, j'ai bien récupéré et je commence l'affutage si je puis dire. Comme je l'ai écrit plus haut les 4 premiers kilomètres s'effectues dans la plaine et servent presque de round d'observation. En jambes et en forme je le suis tant est si bien que j'entends mes adversaires souffler ! C'est bon signe, mais je suis peu habitué à ce genre de situation. Après avoir été relayé un court instant par Christophe Sanson futur 5ème du 12 km et par Antoine Cussonneau futur vainqueur du 12 km, je reprends les reines de la course après avoir fait une revu d'effectif. Nous arrivons au pied de la 1ère difficulté, je l'aborde en tête et je ne quitterai plus cette pôle position. Longtemps accompagné par Antoine, je finis par le distancer irrémédiablement dans une petite descente comportant quelques passages avec bosse et racine, un vrai régale à 2 km de la ligne. C'est alors avec une poignée de secondes d'avances sur la tête de course du 12 km que j'aborde la 2ème boucle. Vais-je tenir encore 12 km à ce rythme, ne vais-je pas m'écrouler. Je me pose quelques questions. Je profites d'une partie goudronnée aux abords de la plaine pour éteindre ma frontale, je ne souhaite pas attirer l'attention sur moi et essayes ainsi de fausser la piste. Dans la confusion avec l'arrivée du 12, peut-être penserons t'il qu'il n'y a personnes devant. De retour sur le chemin je rallume, j'estime mon avance entre 1'30 et 2'00. Mais malgré tout je poursuis à fond dans le doute et la crainte de me faire rattraper. Je sors de la plaine avec la satisfaction de retrouver la partie la plus ludique du parcours. Ici vont s'enchainer des montées et descentes, des petits monotraces et surtout l'on retrouve un peu d'humanité, du public, les djembés, le groupe de jazz... Je sens bien que je suis moins frais que tout à l'heure. Les relances sont moins efficaces et surtout le dernier kilomètre et sont long fond plat montant me paraissent bien long. J'ai l'impression d'être collé, mais heureusement le trou est fait et bien fait. Daniélo, m'accompagne sur ces derniers mètres et partage ma joie. Je coupe la ligne d'arrivée comme si je venais de gagner l'une des plus grande course de l'année. Oui, oui j'ai gagné la TVTC la plus belle course du coin. Tu viens Tu cours ! :-))

Au fait il parait que ce soir on distribuait des titres de champions départementales de Trail 2015...
Un classement bien différent de l'épreuve, bien peu de traileur s'offre une licence compète, donc le titre officiel me passe sous le nez comme je suis licencier FFA en loisirs. site du CDCHS78. L'essentiel n'était pas là mais bien dans le plaisir de courir.

1ère Boucle : 49"43
Les 2 Boucles : 01"41"41
Résultats complet du 24 km : Ici
Résultats complet du 12 km : Ici

Photos de l'évènement
Vidéo de l'évènement et podiums

lundi 5 octobre 2015

La virée des 2 Bois - 18 km

Podium V1 (2ème)
Remis de mon échec en Belledonne, je n'ai pas tardé à trouver une nouvelle raison de courir. Oui, j'ai réussi au forceps à récupérer un dossard pour le Trail du Viaduc des Fauvettes le 11 octobre prochain. Passer de la montagne au Trail rapide de notre région cela nécessite une transition et une adaptation à ce nouvel effort, alors pourquoi pas cette virée des 2 bois dans sa version 18 km avec 400 m de D+.
Eh bien me voilà par une belle matinée d'Automne à Villebon-sur-Yvette à la découverte des bois environnant. Quelle découverte ! j'y ai atteint assez rapidement mes limites du moment. Contraint de laisser filer le groupe de tête en haut de la 1ère bosse. Ce groupe se détache avec quelques noms connus comme Nicolas Jamet croisé sur le Trail de la Brie des Morins et Bastien Castex habitué au haut des classements. Quant à moi je suis dans le dur et je peine vraiment à trouver mon rythme. Il faut dire que j'aborde cet évènement comme une entraînement, la semaine a été assez chargée en terme de volume d'entraînement. Les jambes sont lourdes et petit à petit au fil des kilomètres je vais parvenir à retrouver du jus pour finalement arriver main dans la main avec Olivier Guery en un tout petit peu de 1h18 (chrono de la montre). Nous courrions pour une bonne cause alors il ne servait à rien de se disputer cet accessit.
La victoire revient à Bastien Castex en un peu moins de 1h12. Un parcours ludique entre ville et forêt. Parfait pour préparer les prochaines échéances.