jeudi 31 décembre 2015

Bilan 2015, les résultats

Soleil couchant sur le Mont Granier depuis Super Collet (bivouac Echappée Belle 2015)
le soleill se couche sur une belle saison 2015 !


Cross, Trail et courses natures.




A la fin de cette année 2015, je compte 20 jours de course avec 17 dossards épinglés :
  • 5 courses de 10 km et moins comprenant courses natures et cross avec 3 podiums.
  • 5 trails de 18 à 30 km avec 5 podiums dont 1 victoire.
  • 2 trails par étapes affichant plus de 50 km au total avec 2 podiums dont une 2ème place scratch (1er V1) sur le Raidlight trail festival et une 2ème place V1 (10ème scratch) sur la Compressport XL Race du Lac d'Annecy.
  • 4 trails de 30 à 50 km avec à la clé un top 100 sur le très relevé trail du Ventoux, 2 podiums dont 1 victoire sur les Fauvettes et 1 abandon sur l'échappée belle.
  • 1 double kilomètre verticale, une épreuve très spéciale avec un podium en V1 (3ème et 30ème scratch)
En résumé une belle moisson de podiums et 2 victoires scratch. Une saison dont je suis particulièrement fier pendant laquelle j'ai pu prendre beaucoup de plaisir avec presque un sans faute excepté mon abandon sur l'Echappée Belle. Pas de blessure à déplorer, juste des petits bobos qui ont nécessité le décalage de quelques entrainements, une année parfaite.


Du coté de la forme sans plan d'entrainement mais avec un planning de course de tailles, de formats et de durées assez différentes j'ai pu atteindre 2 piques de forme. L'un fin mai et l'autre début octobre ce qui était à peu prés prévu. Le point à améliorer pour 2016 se sera de récupérer un peu de fraicheur durant les vacances d'été pour repartir plus fort à partir de fin août.















Saison 2015, le bilan : les Chiffres


Déjà pour commencer le bilan je vous présente les chiffres :
Distances parcourues, dénivelé, météo, sensations... voici quelques tableaux présentant les principaux chiffres de l'année.

Le plus basique le kilométrage, cette année, j'ai, je pense battu mon record de kilométrage CAP.  2623 km parcouru en course à pied. Je vous laisse le soin de regarder le tableau pour découvrir la proportion de courses réalisées sur piste, route, trail. Sans oublié le dénivelé, ce point est d'une grande importance car plus il y a de dénivelé et plus l'on se déplace lentement. Enfin normalement...










Tableau concernant le nombre de sortie, le type de séance, le nombre de compétition, les moments de la journée durant lesquels je me suis entrainé. Petite préférence pour midi et deux. On y trouve aussi des infos sur les sensations, le type de météo rencontré et le terrain sur lequel j'ai effectué les entrainements et compétions.














La durée, c'est important cela permet de savoir combien de temps je suis parti de la maison :-)
Des chiffres concrets qui me permettent de constater que j'ai passé 50 heures en compétions pour 20 jours de course.






Comme je ne fais pas que de la course à pied ce carnet me permet aussi de noter ce que je fais en dehors de mon sport de prédilection.
On y retrouve un tout petit peu de natation, ce n'est pas mon fort sinon je ferai du triathlon...
De la randonnée surtout pendant les vacances. Du vélo de route, du VTT qui comprends aussi le BMX Race. Enfin en divers je retrouve principalement mes séances en salle de sports pour le renforcement musculaire.


Si je fais le bilan total tout sport confondu.
Distances =  6 018,82 km
Dénivelé = 94 108 m de D+
Temps = 451 h 25 min

Ces chiffres ne prennent pas en compte mes aller et retour en vélotaf que j'estime à plus de 2000 km...

Toute ces informations grâce à http://moncarnet.org/ sur la toile.

mardi 29 décembre 2015

Après les Trail, les Cross...

les derniers mètres à Clamart
Cross du Pays de l'Ourcq :
Près de 2 mois après mon dernier trail je commence une courte saison de cross avec comme point d'orgue les départementaux le 10 janvier. Après un mois de novembre bien triste, mon retour à la compétition s'effectue sur le cross du Pays de l'Ourcq dans le nord de la Seine et Marne. Je prends une 5ème place sur 29 participants avec un chrono en 29'58" pour les 7,8 km. Pour gagner il fallait courir en un petit peu moins de 27 min, 26'50" exactement. Classement identique à 2013 mais en améliorant mon temps de 20 secondes. Cette fois je monte sur la 3ème marche du podium chez les vétérans 1. A noter le bon comportement de la famille avec la victoire du fiston en école d'athlétisme et la 2ème place de mon neveu chez les poussins.


Cross de Clamart :
7 jours plus tard nous remettons ça sur le cross de Clamart, là, le plateau est beaucoup plus dense 190 coureurs au départ. Comme la semaine dernière après les 10 premières minutes je vais connaitre un petit passage à vide. J'essaye tant bien que mal de m'accrocher à un groupe. Une place parmi les 30 voir les 25 premiers reste accessible. Je finis à une 30ème place en 26'35" pour les 6,95 km de ce cross. Départ un peu trop rapide ou manque de niaque ?
Ca courait vraiment vite aujourd'hui, le vainqueur n'a mis que 23'11"
Le fiston quant à lui a prit part au kid cross en solo, bien loin dans l'état d'esprit du vrai cross auquel il pensait participer. Ce n'est que parti remise.

dimanche 11 octobre 2015

Trail du Viaduc des Fauvettes 2015

Podium TVF 2015 -  ils m'entourent : Yoann Morisse 2ème, Loïc fouquet 3ème
Aller je me lance, j'ai pris mon pied !

Je suis dans une excellente dynamique en ce moment tout juste auréolé d’une victoire sur la TVTC 24, il y a 8 jours, j’aimerai que ça dur. Surtout que le TVF sera mon dernier Trail de l’année. Alors pour poursuivre cette dynamique nous allons profiter de cette belle journée d'automne pour faire le déplacement à Gometz-le-Chatel en famille. Le Tracé en boucle permet au coureur de recevoir du réconfort. L'esprit trail nous y sommes en plein dedans que ce soit par l'ambiance si particulière et par le dépassement de soi que propose cette formule. C'est une très bonne idée que d'essayer de relever le défi. Bien sûr, il y a la course avec un mais chacun vient ici avec son objectif de parcourir de 1 à 5 tours ou tout simplement pour profiter de l’excellente ambiance qui règne sur cette course.
La boucle cette année compte 10 km comme d'habitude. Mais aussi annoncée cette année un poil plus vallonnée. 400 m de D+ contre 380 l'année dernière. On y trouve des fonds de ruisseau, des arbres couchés, beaucoup d'arbres couchés, des racines, des montées très très raides, de beaux monotraces... Un parcours savoureux que l'on a hâte de refaire et refaire mais qui peut se transforme vite en un véritable cauchemar.

Du coté des favoris nous retrouvons cette année 5 des 6 premiers de l'année dernière seule Olivier double vainqueur sortant manque à l'appel. Je ne tarde pas à retrouver Loïc et Yoann sur la ligne de départ, nous avions l'année dernière partagé pas loin de 40 km avant que les crampes m'obligent à ralentir à l'amorce du dernier tour.

En course, nous attaquons ce trail par une petite boucle dans Gometz nous menant au pied de la belle église pour étirer le peloton. Après un 1er passage et 1,2 km nous partons à la découverte du vrai parcours. Qu’est-ce que l’équipe du Castel Trail nous a préparé ?

1ère boucle, notre départ est prudent beaucoup moins kamikaze que l’année dernière. Si vous lisez la suite vous comprendrez qu’il fut encore trop rapide. Néanmoins, les prises de risques s’avèrent majoritairement payantes depuis quelques temps. Il faudra serrer les dents. En ce début de course, seul Romain occupe les premiers plans mais nous savons qu'il ne s’aventurera pas au-delà du 1er tour. Très vite comme si nous nous n’étions jamais quittés je retrouve Loïc et Yoann. Nous gardons une bonne minute d'avance mise à mal suite à une petite erreur de parcours sur un second groupe composé des autres favoris avec Luca Papi et David Hardy. Verdict sur le parcours, ils nous avaient promis un parcours plus difficile. C’est une promesse tenue avec 10 km et 400 m de D+. Cette boucle se montre aussi plus physique avec quelques parties roulantes en moins et des montées plus éprouvantes en témoignent la terrible côte pour remonter sur le viaduc, du sable et des escaliers très irréguliers. Ce passage promet d’être terrible lors de la dernière boucle. Pourtant nous passons sans broncher. Cette boucle n’est pas seulement difficile elle est ludique et est aussi très jolie avec quelques belles perspectives. Nous réalisons cette 1ère boucle en 1h00  prologue compris. C’est un bon départ.


2ème boucle, Yoann a visiblement des fourmis dans les jambes, lui qui sera sur l'endurance des Templiers dans 15 jours a envie de se tester (où il prendra une belle 11ème place). Il repart vite, si bien que notre petit groupe explose. De mon côté j'essaye de recoller au train, sans y parvenir, je prends la sage décision de poursuivre à mon rythme. Derrière, Loïc marque aussi le coup. Yoann aérien montrait des signes de facilité, le voir filer devant ne m'étonne pas il pourra faire un beau vainqueur. Alors concentré sur ma course en abordant les dernières difficultés de cette seconde boucle je retrouve Yoann sur mes talons ? Je comprends très vite qu’il a fait une erreur il me racontera qu’il  a suivi un groupe de marcheur remontant sur le Viaduc alors qu’il fallait prendre en dessous par le dévers sablonneux. Une petite montée et un aller / retour pour rien lui coute je pense une grosse minute et des forces. C'est finalement groupé que nous achevons cette 2ème boucle en à peine 55 min, je reçois le soutien de ma famille à chaque passage, c'est vraiment sympa.

3ème boucle, je dirais rien de nouveau, enfin pas vraiment car la course a bien failli se terminer pour moi fracassé sur un tronc. Alors en pleine descente avec mon équipier au moment même où je prenais mon impulsion pour sauter un tronc d’arbre en travers mon pied droit me servant d’extension heurte une souche invisible. Je ne sais par quel réflexe j’ai réussi à rattraper cette dérobade en avant. Je ne regrette pas mes heures en salle pour faire du renforcement musculaire. Dans l’affaire je n’ai pas pu sauver l’un de mes petits orteils. A part sa j'éprouve quelques difficultés à suivre Yoann par moment. J’ai l’impression qu’il met des petites mines. En réfléchissant  je pense qu’il suit le rythme de la musique qu’il écoute ?  Je reste concentré sur ma course en ne faisant pas d’effort superflu, je rentre au train sur le Viaduc. Nous achevons la 3ème boucle en 58 min.

4ème boucle, les jambes commencent à être lourdes, les difficultés sont de plus en plus durs comme si les vallons c’étaient creusés. Les montées sont plus longues nous courrons moins et les faux plats de véritables côtes. D’ailleurs nous sommes moins bavards comme si nous étions plus recentrés sur nos sensations. Surprise Yoann me laisse passer devant dans la 1ère vraie difficulté de cette boucle, assez surprenant ? Je prends les reines du duo et amène tranquillement Yoann à mon rythme. Oui mon rythme, le rythme qui me semble être le bon pour maintenir les écarts et en garder pour le dernier tour. Les difficultés s’enchainent et sans me retourner j’ai l’impression que Yoann souffre plus que moi. Plus loin, je ne sais plus dans quelles difficultés tant elles s’enchainent les unes derrières les autres je me retrouve seul, je n’entends plus mon compagnons. Surpris je me retrouve en tête de la course sans avoir forcé l’allure, toujours en essayant de garder l’allure qui me semble être la bonne. 1h02 pour cette boucle. Le chrono affiche environ 3h56 de course.


Bravo Yoann !


5ème boucle, ravitaillement rapide aidé par ma famille pour la fourniture des deux  flasques de 20 cl par tour, un peu juste. Pour compléter je dois boire au moins l’équivalent au ravitaillement ce que je ne parviens pas à faire, ça va se payer. Je repars du ravitaillement en marchand pour finir de m’alimenter. C’est reparti, ne pas craquer, avancer et toujours avancer, courir au maximum, gérer… Je m’attends toujours au retour de Yoann persuadé qu’il va revenir. Je n’ai aucune information sur les écarts. Le faiblissaient amorcé dans le 4ème tour s’accentue. Cette dernière boucle est synonyme de gestion, je dois gérer mon effort et particulièrement faire attention aux changements de rythmes. Mes muscles sont aux bords de l’asphyxie. Ils se contractent un peu voir beaucoup mais j’arrive à chaque fois à repartir. Je sers les dents et j’évite la grosse crampe qui pourrait m’arrêter. Même la cote du Viaduc va passer mais qu’elle fut longue et difficile. Il ne me reste plus que l’a bosse du cimetière. Celle-là même qui m’avait clouée sur place l’année dernière. Donc il est trop tôt pour se réjouir malgré les quelques mètres encore à parcourir. Je sors du bois et je retrouve du renfort, oui ! Mes enfants sont venus à ma rencontre. Ils arborent un large sourire  
témoignant de leur joie et de leur fierté de retrouver leur père si bien placé. Ils se sont positionné tout en haut du pré sous les pommiers, eux aussi ils en ont parcourus du chemin en faisant des allers et retours. Je les encourage pour aller plus vite comme si j’avais encore peur du retour de Yoann. Nous montons ensembles la cote du cimetière tant redoutée, ça se passe bien, ouah ! Quel bonheur il ne reste plus qu’à descendre et à retrouver la chaleur  de ce cœur de village, le chrono indique 5h02 ce qui veut dire que j’ai parcouru la dernière boucle en 1h06, J’ai gagné et pourtant j’ai envie de partager la victoire avec Yoann arrivé juste 2 minutes derrières moi et tout aussi méritant. D’ailleurs, à quelques hectomètres près dans la 4ème boucle… je pense que nous aurions certainement fini ce TVF 2015 ensemble ma joie aurait été tout aussi grande.
Une belle arrivée, bien entouré !

Les photos :
1er Album photos Castel Trail

2e Album photos Castel Trail






vendredi 9 octobre 2015

Trail du Viaduc des Fauvettes 2015 - J-3






Photo : TVF 2014
Gometz le Chatel dans l'Essonne sera le terrain de jeu de près de 400 coureurs pour courir le très beau Trail du Viaduc des Fauvettes. Ce trail sera le dernier trail de ma saison avant une petite pose et les cross hivernaux.
C'est un joli trail en circuit de 10 km à parcourir 5 fois comportant de nombreuses difficultés et pas moins de 400 m de D+ par tour. Ce parcours pourra permettre aux accompagnateurs et visiteurs de suivre la course de très très près. Si vous venez vous pourrez aussi découvrir l'église ou pourquoi pas une partie du parcours pour nous encourager. Alors peut-être à dimanche pour mettre de l'ambiance sur le bord des chemins !

Trail du Viaduc des Fauvettes 2015

mardi 6 octobre 2015

TVTC 2015 - "Tu viens, Tu cours"

Mon 2ème opus pour ma préparation au TVF 2015 m'amène à deux pats de la maison à Villiers-Saint- Frédéric sur le Trail " Tu viens, Tu cours". Une belle course nature entre la ville, les champs et la forêt. Course originale avec un départ à 19h00 promettant une fin de course  à la bougie, aussi l'organisation réserve quelques belles surprises pour améliorer l'ambiance de la course. jeu de lumière, musique et bien sûr quelques belles difficultés. TVTC c'est aussi la fête du sport avec des courses pour les plus jeunes l'après-midi, une marche, une course 5 km et des structures gonflables. Tout est  réuni pour que tout les sportifs y trouvent son compte.
TVTC 24 km c'est deux boucles de 12 km à parcourir avec pas loin de 300 m de D+ par tour sur chemin et sentiers et un tout petit peu de route. La majorité du dénivelé se trouve dans les 8 derniers km. Trailer et routier pourront ici trouver un terrain d'entente...
Coté course contrairement à la semaine dernière, je suis en jambes. La semaine c'est faite plus légère, j'ai bien récupéré et je commence l'affutage si je puis dire. Comme je l'ai écrit plus haut les 4 premiers kilomètres s'effectues dans la plaine et servent presque de round d'observation. En jambes et en forme je le suis tant est si bien que j'entends mes adversaires souffler ! C'est bon signe, mais je suis peu habitué à ce genre de situation. Après avoir été relayé un court instant par Christophe Sanson futur 5ème du 12 km et par Antoine Cussonneau futur vainqueur du 12 km, je reprends les reines de la course après avoir fait une revu d'effectif. Nous arrivons au pied de la 1ère difficulté, je l'aborde en tête et je ne quitterai plus cette pôle position. Longtemps accompagné par Antoine, je finis par le distancer irrémédiablement dans une petite descente comportant quelques passages avec bosse et racine, un vrai régale à 2 km de la ligne. C'est alors avec une poignée de secondes d'avances sur la tête de course du 12 km que j'aborde la 2ème boucle. Vais-je tenir encore 12 km à ce rythme, ne vais-je pas m'écrouler. Je me pose quelques questions. Je profites d'une partie goudronnée aux abords de la plaine pour éteindre ma frontale, je ne souhaite pas attirer l'attention sur moi et essayes ainsi de fausser la piste. Dans la confusion avec l'arrivée du 12, peut-être penserons t'il qu'il n'y a personnes devant. De retour sur le chemin je rallume, j'estime mon avance entre 1'30 et 2'00. Mais malgré tout je poursuis à fond dans le doute et la crainte de me faire rattraper. Je sors de la plaine avec la satisfaction de retrouver la partie la plus ludique du parcours. Ici vont s'enchainer des montées et descentes, des petits monotraces et surtout l'on retrouve un peu d'humanité, du public, les djembés, le groupe de jazz... Je sens bien que je suis moins frais que tout à l'heure. Les relances sont moins efficaces et surtout le dernier kilomètre et sont long fond plat montant me paraissent bien long. J'ai l'impression d'être collé, mais heureusement le trou est fait et bien fait. Daniélo, m'accompagne sur ces derniers mètres et partage ma joie. Je coupe la ligne d'arrivée comme si je venais de gagner l'une des plus grande course de l'année. Oui, oui j'ai gagné la TVTC la plus belle course du coin. Tu viens Tu cours ! :-))

Au fait il parait que ce soir on distribuait des titres de champions départementales de Trail 2015...
Un classement bien différent de l'épreuve, bien peu de traileur s'offre une licence compète, donc le titre officiel me passe sous le nez comme je suis licencier FFA en loisirs. site du CDCHS78. L'essentiel n'était pas là mais bien dans le plaisir de courir.

1ère Boucle : 49"43
Les 2 Boucles : 01"41"41
Résultats complet du 24 km : Ici
Résultats complet du 12 km : Ici

Photos de l'évènement
Vidéo de l'évènement et podiums

lundi 5 octobre 2015

La virée des 2 Bois - 18 km

Podium V1 (2ème)
Remis de mon échec en Belledonne, je n'ai pas tardé à trouver une nouvelle raison de courir. Oui, j'ai réussi au forceps à récupérer un dossard pour le Trail du Viaduc des Fauvettes le 11 octobre prochain. Passer de la montagne au Trail rapide de notre région cela nécessite une transition et une adaptation à ce nouvel effort, alors pourquoi pas cette virée des 2 bois dans sa version 18 km avec 400 m de D+.
Eh bien me voilà par une belle matinée d'Automne à Villebon-sur-Yvette à la découverte des bois environnant. Quelle découverte ! j'y ai atteint assez rapidement mes limites du moment. Contraint de laisser filer le groupe de tête en haut de la 1ère bosse. Ce groupe se détache avec quelques noms connus comme Nicolas Jamet croisé sur le Trail de la Brie des Morins et Bastien Castex habitué au haut des classements. Quant à moi je suis dans le dur et je peine vraiment à trouver mon rythme. Il faut dire que j'aborde cet évènement comme une entraînement, la semaine a été assez chargée en terme de volume d'entraînement. Les jambes sont lourdes et petit à petit au fil des kilomètres je vais parvenir à retrouver du jus pour finalement arriver main dans la main avec Olivier Guery en un tout petit peu de 1h18 (chrono de la montre). Nous courrions pour une bonne cause alors il ne servait à rien de se disputer cet accessit.
La victoire revient à Bastien Castex en un peu moins de 1h12. Un parcours ludique entre ville et forêt. Parfait pour préparer les prochaines échéances.

mercredi 30 septembre 2015

L'échappée Belle - Helly Hansen - Parcours des crètes

Massif de Belledonne, le terrain de souffrance ! (cliquer pour agrandir)


Gros coup de mou en Belledonne...
Pourtant j'avais placé ce week-end sous le signe de l'aventure en vivant cet épisode "à la roots".
J'entends par là, sac à dos avec tente pour un bivouac improvisé à Super Collet, en utilisant comme moyen de transport le vélo, la marche, le train et l'auto-stop. Je pars donc un peu à l'aventure.

Comme vous l'aurez compris, mon coup de mou résume mon abandon sur ce magnifique parcours des crêtes au combien exigeant. Belledonne est un beau chantier...J'aurai vraiment aimer le terminer.

Pourtant ce week-end restera un bon souvenir avec finalement peu d'imprévus. Tous c'est passé un peu comme je l'avais prévu sauf durant la course. Oui, je n'avais pas misé sur un jour sans et une défaillance. Ce genre d'évènement susceptible de rendre la tâche difficile voir impossible pour peu que l'on se fixe quelques barrières.
Je vais tenter de faire un récit de ce week-end.



J-1, 28/08, c'est le départ 5h45, alors que d'autres s'apprêtent à s'élancer pour l'intégrale de l'échappée belle, moi je quitte mon domicile francilien en vélo pour récupérer mon train 4 km plus loin, train qui me conduira avec un changement à la gare de Lyon. Puis TGV jusqu'à Aix les bains, puis TER pour Chambéry et changement encore pour un TER direction Pontcharra. A Pontcharra, il est presque midi à mon arrivée. Ici, je vais commencer par déjeuner avant de rejoindre Super Collet en stop. Ce que je parviens à faire après être monté dans 4 véhicules différents. Déjà beaucoup de rencontre, c'est finalement un bénévole de l'échappée Belle qui finira le voyage en me déposant tout la haut à Super Collet. Il n'est pas tout à fait 14h00, l'endroit est presque désert cela promet au moins une nuit tranquille. Ayant du temps devant moi je vais monté par le télésiège pour économiser mes forces au col de Claran pour profiter du panorama (la photo ci-dessus), faire une sieste et prendre contact avec le terrain de jeu de demain ... Il fait grand beau cela contraste avec le crachin qui tombait encore sur la région parisienne ce matin.
Je redescend, petite collation avec Philippe et nous apprenons que notre ami Olivier jette l'éponge sur l'intégrale. Philippe s'en va et je m'envais poser mon bivouac non loin d'un chalet inoccupé m'offrant une vie imprenable sur la Chartreuse, une partie de Belledonne et les lumières Grenobloises et Chambérienne. Extinction des feux à 22h après avoir admiré le coucher de soleil, une lune magnifique et au loin ces petites lueurs dans les montagnes animés par les traileurs porteurs de rêves d'aller au bout de l'aventure...




Quelques minutes avant le départ, la seule photo de course...
Jour J, 29/08, Super Collet s'anime ! c'est l'effervescence ce matin, cela contraste avec hier.

jeudi 27 août 2015

L'Echappée Belle - Ultra traversée de Belledonne - 3 Trails, 144, 85 ou 47 km...

Pour ma part ce sera le 47 km sur le parcours des Crêtes. C'est à dire la fin du parcours de l'intégrale et de la traversée nord. Encore refroidi par mon abandon sur le grand Duc de Chartreuse de l'année dernière je préfère privilégier ce format de course.
47 km c'est déjà conséquent et il est vrai que les ultras de plus en plus longs fond apparaître cette distance comme insignifiante.
Or il n'en est rien, je pense trouver un terrain de jeu à ma convenance propice aux plaisirs et aux dynamismes de course de quoi bien s'occuper durant environ 7h00 sur le massif de Belledonne.
Je vous propose ici des liens vers les différentes courses de l'Echappée Belle pour suivre le Live.
144 km départ le 28/08 à 06h00
85 km départ le 29/08 à 06h00
47 km départ le 29/08 à 10h00


Mon dossard c'est le n°885, cela peut vous servir pour visualiser ma position sur le profil sinon pour consulter les classements intermédiaires sur les points de contrôles je vous propose,
Depuis le lien suivant : Echappée Belle LiveTrail
1 : sur suivis choisissez tableau des passages
2 : faites le choix de la course, pour ma part parcours des crêtes - 47 km
et vous accéderez au classement provisoire au dernier point de contrôle.

Vous pouvez aussi faire une recherche par n° de dossard :
885 pour moi
460 pour Olivier mon camarade de club participant à l'intégrale 144km.

Verticale Race - K2 de Villaroger - 7,6 km / 2000 m D+

De Villaroger à 1220 m au sommet de l'Aiguille Rouge à 3220 m voici le menu du jour :
Alors ça va être chaud, avec du tout droit dans la pente. Imaginez 2000 m en 7,6 km !? Cela fait une pente à 26 % de moyenne. Mais aussi grâce à la présence d'un joli plateau de coureurs avec les présences de quelques spécialistes comme Yoann SERT ou de Jean-François PHILIPPOT champion de France de K1 en titre ou encore chez les filles de Christelle DEWALLE et d'une légende du Trail comme Corinne FAVRE. Ça va être chaud, très chaud !

Pas seulement, la température promet aussi d'atteindre des sommets avec une météo magnifique et encore très chaude. Toutes les conditions sont réunies pour que cette journée soit réussie.
Et elle démarre bien, je retrouve Olivier mon compagnon de club avec qui j'ai partagé l'aventure sur la XL-Race du Lac d'Annecy à quelques minutes du départ. Le temps d'échanger sur nos prévisions de course nous voilà sur la ligne de départ qui se fait en masse. Il n'est pas nécessaire de jouer des coudes sur ces larges couloirs habituellement empruntés par les férus de la glisse. Ici pas de round d'observation chacun prend sa place rapidement dans la hiérarchie des grimpeurs.
la ligne d'arrivée...un concurent en termine
Pour ma part au milieu de ce mille-pattes à l'assaut de l'Aiguille Rouge je peux dire que je le fais boiter. Il faut dire que je me suis réveillé avec une douleur à la fesse droite certainement due aux 8 heures de voitures effectuées de Vieussan à la Savoie. Ce n'est pas tout, musculairement c'est difficile, j'ai pris le départ sans prendre de bâton contrairement à la majorité des participants. Et là je dois dire que je fais le constat d'un manque de puissance, il met par exemple impossible de suivre le train mené par les championnes tel que Christelle ou Corinne. Comme en Chartreuse je dois attendre les 500ers mètres de dénivelé pour commencer à me sentir mieux. Petit à petit je vais regagner des places jusqu'à atteindre la 30ème au kilomètre (Kv1) en 49'06.
Puis je vais poursuivre mon effort à l'attaque des points de mire, c'est ainsi que je vais faire un rapproché avec les 25 premiers. Mais voilà, nous approchons des 3000 m d'altitude et lors de la traversée du glacier et la fin de cette ascension de ouf, je vais reperde les 4 places pour lesquels j'avais bataillé dur et longtemps pour les gagner. Oui c'est dur, très dur, il faut se faire mal. A la limite du soutenable musculairement, je n'ai plus la force mentale pour soutenir cet effort.
C'est alors au sprint que va se jouer cette 30ème place, dans un dernier sursaut je fais le forcing pour boucher les 10 mètres avec mon adversaire puis dans mon élan je m'en vais gravir en courant ce dernier raidard sur la ligne d'arrivée.

C'est fait ! Oueh, quel satisfaction peu importe le chrono, je suis fier d'avoir fait le chemin par mes propres moyens. Voilà ce que je ressens arrivée la haut. Puis le cœur reprend un rythme normal et j'en profite pour admirer le panorama entre Mt Pourri et Mt Blanc.

La descente s'effectue en télécabine jusqu'aux Arcs 2000 puis en liaison Trail jusqu'à Villaroger avec un arrêt au resto d'altitude le temps de boire une mousse offerte par l'organisation et de retrouver mon pote Philippe. Les vacances en Savoie démarrent bien. Et belle surprise en bas, en regardant le classement général je m'aperçois que je suis 3ème V1 et vous savez à quoi ça c'est joué ? à une petite seconde... Comme quoi le jeu en valait la chandelle. Je vais donc avoir l'honneur de monter sur le podium. Ici au moins tous les podiums sont récompensés plus les 10 premiers scratch hommes et femmes. Je vais donc pouvoir repartir avec un panier garnis de spécialités du coin, j'adore ça.

Victoire de Yoann Sert devant Jean-François PHILIPOT et Lionel POLLETI et chez les filles victoire d'Aurélie DEWALLE devant Corinne FAVRE et Jessica PARDIN.

A noter l'été tout azimut de Yoann SERT qui avait gagné l'avant-veille une épreuve chronométré sur l'ascension de Courchevel, du Carrey à l'altiport en cyclisme sur route puis un podium sur la Transmaurienne-Vanoise épreuve VTT par étapes.

Beau résumé, belles photos dans Passion-Trail
Photos, vidéo et commentaire : page Facebook Tps Verticale K2
Et l'ensemble des résultats : Résultats complets du K2
Satisfait !

vendredi 14 août 2015

Trail du Caroux - 19/07 - 34 km et 2400 m D+ !!

CAROUUUUUX....... !
Comme l'année dernière me voici au départ du très beau Trail du Caroux, je ne le répète pas assez mais ce petit bout de terre écorchée est magnifique et je me réjouis d'y retourner tous les ans. Malgré un mois de juin sans compétition (fatigue...repos mérité), ma condition physique est suffisamment bonne pour affronter le long parcours contrairement à l'année dernière où j'avais pris part au seulement 24 km et 1400 m D+. Ce trail rentre dans ma préparation pour le parcours des crêtes de l'échappée belle fin août où je vais rencontrer un terrain technique similaire à celui-ci. Je vais pouvoir me jauger.
Il fait chaud, et il va faire très chaud sur les rochers du Caroux. Le thermomètre promet de dépasser les 35 °C dans l'après-midi sous un soleil de plomb, alors il ne faudra pas s'éterniser sur les sentiers du beau massif.
Nous sommes pas loin de 150 coureurs à prendre le départ du 34 km et ils sont 250 sur son petit frère.
Il est 08 heures et la foule est chauffée à blanc le départ est imminent, CAROUUUUX... CAROUUUX...!!!
C'est parti, je parts sur un bon rythme avec Thierry (futur 3ème) et Rémi (futur 1er), nous rentrons tout de suite dans le vif du sujet. Je comprends rapidement que la journée va être difficile, les sensations sont moyennes et je m'entend respirer, ce n'est pas bon signe. Je perds progressivement le contact avec mes compères. La 1ère section doit nous amener à Douch pour le 1er ravito par les hameaux de Bardou et de Héric. Déjà à deux reprises je suis contraint à stopper pour chercher le balisage, ce n'est que quelques secondes de perdu mais je suis légèrement asphyxié. Un petit groupe de coureur fait la jonction entre Héric et Douch dans le Col de l'Airole. Je n'arrive pas à prendre le wagon composé d'Aurélien (futur 4ème) et de David (Futur 2ème), décidément.... J'accuse le coup, départ trop rapide pour mon niveau de forme, mais je m'accroche mentalement en me disant que le chemin est encore long et le parcours réserve de belles surprises à tout le monde. Je passe le ravito de Douch au bout d'1h20 de course et je garde un contact visuel avec Aurélien et David sur le Haut du Caroux. Je déroule pour atteindre le point culminant du massif "La Tour" à 1091 m d'Alt. Puis j'attaque la descente sur le petit hameau de la Fage. Je suis 5ème et bien accrocher à cette place. Je ne désespère pas et pense toujours au podium mais les choses vont se compliquer un peu plus loin. Quelques hectomètres après la Fage je m'engage sur un sentier Sud-Est sur plus de 500 m sans balisage, j'ai loupé la bifurcation !!
ça monte sur ce beau sentier rocailleux
Dans mon demi-tour je récupère un autre coureur lui aussi égaré. Ca sens le roussi... Finalement nous retrouvons le sentier, je trouve cette section moins bien balisé. Malheureusement plus loin je vais encore perdre le tracé, séance de jardinage, il y a des drailles dans tous les sens ?? En regardant ma trace je me suis engagé encore Sud-Est alors qu'il fallait aller à Sud-Ouest. Me croyant bien perdu j'appelle l'organisation puis ma femme pour lui dire de ne pas s'inquiéter, la journée risque d'être très longue... Finalement en suivant mon instinct je vais retrouver le parcours vers le Hameaux de Seilhols par le chemin des Fleisses. Je parviens au ravitaillement de Colombière sur Orb en 9ème position. Je n'ai donc pas pris de raccourci. Là, je prends le temps de bien m'hydrater et fais le plein de toutes mes gourdes. L'ascension suivante plein sud va faire mal, il faut escalader 800 m dénivelé sur de la roche en plein cagnard. Je repart dans l'idée de conserver une place dans le top 10. Quand je commence à attaquer les pentes les plus sévères de l'Esquino d'Aze, j'aperçois des gouttes de sueurs sur les rochers. Alors je me dis, combien de temps faut il à une goutte de sueur tombée sur un rocher par 30°C pour sécher. Je me pose cette question pendant plusieurs minutes sans trouver la réponse. Puis finalement, après une longue traque je parviens  à récupérer ces coureurs. Les visages sont marqués. Cette montée est vraiment très éprouvante et met le mental et le physique à très rude épreuve. J'en ch... mais je reprends le moral. Petit à petit je vais aller rechercher cette 5ème place. Arrive la  descente du sentier des gardes. Descentes techniques parsemées de rochers, je jette toutes mes forces restantes dans cette descente. Environ 18 min plus bas j'atteint la passerelle des Soupirs et la fraicheur des gorges d'Héric. Encore quelques hectomètres, je passe le village du Verdier Haut puis j'emprunte l'interminable voie verte qui nous conduis à l'arrivée. Je retrouve ma famille avec joie et je coupe l'arrivée avec mes enfants. Je suis éreinté, déshydraté, cramé. Il me faudra pas loin de 30 min après mon arrivée pour récupérer. En faisant le total j'ai bien du boire 6 litres d'eau en 5 heures !!!
Une belle 5ème place et la plus haute marche en V1. Nous avons été nombreux à nous égarer sur les sentiers entre La Fage et Colombières la faute à un débalisage. J'ai l'impression que cette personne a pris un mauvais plaisirs à déplacer le balisage. Malgré tout la hiérarchie semble avoir été respecté. Je pense avoir laisser dans la bataille une petite quinzaine de minutes et 2 km en plus. Mais quelle course !!
Victoire chez les hommes de Rémi Voisin en 04h20 et chez les dames de Juliette Bouisson en 06h05.
Tous les résultats ici, cliquez...
Garmin Connect

dimanche 7 juin 2015

Compressport XL Race

Nous voilà avec l'ami Olivier à Annecy sur les rives du lac pour en faire le tour en deux jours en passant par les cimes. En plus pour ne pas nous déplaire nous sommes invités à intégrer le sas "Elites" rien que ça ! Et savez-vous que j'étais dans la liste des favoris selon le classement iTRA, j'arrive en 17ème position et Olivier en 46ème. Il va falloir assumer...Nous Elites au coté du Team Garmin et autres belles têtes d'affiches. Pour ne citer qu'eux : Virginie Govignon ou encore l'illustre René Rovera. Comme c’est nouveau nous profitons au max de ce moment car nous ne les reverrons qu’à l’arrivée… quoi que…

Sas "Elites"
Pour compléter cette présentation, ce beau parcours accueil aussi le championnat du monde de trail et la Technica Maxi Race (course Open) en départ décalé, la polémique a enflé ces derniers jours, la FFA et IAU cherchant peut-être à crédibiliser ce championnat auprès de l'élite ont certainement voulu se mettre à l'abri d'un coureur OPEN venant jouer les troublions. Un virage dangereux dans ce sport ? l'avenir nous le dira...

Coté course nous allons partir juste une heure après le départ de la Maxi Race qui elle part à 05h00 cela aura aussi son lot de conséquences...

Du coté de l'objectif car il y en a bien un j'ai prévu environ 5h30 par étape et 5h15 si je suis dans un bon jour...Ce qui pourrait me permettre d'espérer un Top 20.
Le Semnoz

1ère étape 30/05 : Annecy le Vieux / Doussard départ 06h00 – 44,1 km 2530 m de D+ ,avec les ascensions du Semnoz et de la Cochette. Après un départ relativement rapide animé principalement par les coureurs effectuant les relais  nous abordons les premières pentes du Semnoz. Déjà des petits groupes de niveau se forment et resterons assez homogènes tout au long du week-end. Pour ma part je me retrouve flanqué des sympathiques Camille, Pascal et Nicolas. La course va commencer à se durcir au bout d'une heure environ car nous commençons à doubler les concurents de la Maxi Race.  C'est donc un mille patte géant que nous devons dépasser ! C'est compliqué et physique en monté car il faut souvent sortir de la trace et c'est limite dangereux en descente particulièrement dans la descente de la Cochette sur des roches glissantes. L'orga signe là une belle connerie, peut-être auraient-ils du faire l'inverse. Cette 1ère partie est assez forestière pour finir et offre très peu de panorama. Il en demeure pas moins que nous sommes à l'ombre. Cette étape je l'ai trouvé sympa mais pas inoubliable. A l'arrivée après 2.5 km de bitume pour regagner Doussard je prends une encourrageante 11ème place en 05h09 au porte du Top 10 ! Nous sommes 350 à ralier le Gymnase de Doussard, à noter que je suis à la 3ème place dans ma catégorie (V1H). Olivier mon compère réalise lui aussi une belle performance avec un chrono inférieur à son objectif il prend la 33ème place en 05h41. Reste maintenant à bien récupérer pour repartir demain matin. Bivouac dans le Gymnase à Doussard nous profitons des lieux pour mettre les jambes dans l'eau du lac et contempler le vol des parapentistes. Extinction des feux à 21h00, bonne nuit.

Montée vers le Roc de Lancrenaz, après le chalet de l'Aulp

2ème étape 31/05 : Doussard / Annecy le Vieux départ 07h00 – 41 km 2740 m de D+ , avec les ascensions du Col de la Forclaz, du Roc de l’Ancrenaz et du Mt Veyrier et du Mt Baron la journée promet d'être costaud. Dés le départ je sens que cela va être un grand jour, déjà ma montre m'indique un bon niveau de récupération puis mes sensations me le confirme dans la Forclaz. Je retrouve les mêmes compères qu'hier, les neufs premiers du général s'isolent en tête tandis que Virginie Govignon après avoir fait le départ s'invite dans notre groupe. Je reste malgré tout prudent et ne cède pas à l'euphorie. J'ai pourtant envie d'envoyer et de lacher les watts, c'est tentant ils sont devant moi, pas très loin...
Je prends la tête du groupe et impose mon rythme puis avec Camille nous finissons par creuser légèrement l'écart.Tout ce déroule parfaitement bien comme dans un plan bien ficelé de longue date. Aucun grain de sable ne viendra perturber cette journée, enfin si, il y en un un. La longue descente vers Menton sera fatale pour la peau de mes talons mais c'est ici que je vais commencer à creuser les écarts sur mes poursuivants en bagarrent pour le top 10. De grosses ampoules vont s'y développer. Pour le moment les conséquences ne se fond pas trop ressentir mais je suis comme à l'image des pilotes de formule 1 contraint à économiser mes pneumatiques. Heureusement une descente comme celle-ci il n'y en aura pas deux. J'ai préféré la dernière descente pourtant redouté, souvent mentionné comme difficile. Mais la descente vers Annecy est technique et offre une multitude d'appuis différents donc cela ne chauffe pas toujours au même endroit. Je me régale tout au long des sentiers en balcons de cette fin de course, même les petites parties chiantes vont me paraitre passer toutes seules. Les points de vus sur le lac sont magnifiques et l'émotion est parfois débordante. C'est alors avec une forme étincelante et une immense joie que je prends la 9ème place après avoir doublé Jean-Christophe dans le dur sur les hauteurs du Mt Baron et la 2ème dans ma catégorie V1H en 04h55 dans l'anonyma le plus complet ??.

La pente se durcie !
A l'addition des temps du week-end donc et à l’issue des 2 étapes je ravi la 10ème place à Nicolas au scratch et du même coup la 2ème en V1H au côté et juste derrière le grand René Rovera ancien Triathlète professionnel en pleine préparation UTMB 2015. C'est Pascal qui complète le podium V1H. Le vainqueur du jour reste néanmoins loin devant moi(1h20) mais j’aurai bien aimer partager la boite avec lui pour le clin d'oeil et la cerise sur le gâteau. Malheureusement l’organisation récompensait que les 5 premiers scratch et les 1ers de chaque catégories. "Si maintenant on se met à récompenser tous les podiums...". Je ne ferai pas d’autre commentaire…

Quant à Olivier et à en voir son large sourire à l'arrivée, il a encore réussi une belle course puisqu'il intègre le Top 30 et le Top 10 V1H en 05h33 et 11h15 à l'addition des 2 étapes. Bravo !!!
Résultats complet de la Compressport XL Race : Résultats ici

Quelques photos prisent à la volée durant mes deux jours : Photos ici

Cette Compressport XL Race vient confirmer mon excellent début de saison et mes progrès entrevus jusque là depuis janvier et les cross. Cela montre aussi une belle régularité en terme de niveau de performance. En excluant le trail du Ventoux pour lequel j'étais dans un jour sans. Maintenant il faut que ça dur pour les 3 prochains rendez-vous estivale. Le trail du Caroux, le double KMV de Villaroger et le parcours des crètes de l'échappée belle fin août.

mercredi 20 mai 2015

Chartreuse Trail Festival avec RaidLight

Gros week-end en perspective

Jour 1 = Kilomètre Vertical (930 m D+ pour 4,1 km)
Jour 2 = Ateliers chronométrés (liaisons et 6 spéciales chronométrées)
Jour 3 = Maratrail (42 km / 2500 m D+)

Un week-end où nous avons vécu en 4 jours toutes les saisons…

Jeudi - Jour 1 KMV, le printemps :

Philippe m’accompagne lors de cette 1ère journée. Après la canicule des derniers jours sur cette région la fraicheur est revenue. 18 °C au départ à St Pierre de Chartreuse avec un soleil légèrement voilé. Il faut monter tout en haut de la Scia à 1782 m d'alt. En course, après les bousculades du départ, je suis rapidement dans l'allure, mais je commence vraiment à prendre la mesure de l'effort au 500 m de D+ en reprenant des places. Je prends finalement la 24ème place (6ème V1) sur 185 classés en 44'44'', Philippe arrive un peu plus loin. A noter la victoire d'Adrien Perret en 35'28''. Pour situer la performance, l'un des meilleurs Français dans cette discipline. A noter : bon début, j'occupe la 3ème place au classement provisoire des 3 jours.

Vendredi - Jour 2 Ateliers, l’automne :

Je quitte Bourgoin que j'avais regagné le temps d'une nuit, ici la pluie a cessé mais je ne vais pas tarder à la retrouver...
A Saint Pierre de Chartreuse, c'est de la neige fondue qui nous tombe dessus en abondance. Le thermomètre affiche 3°C, il y 48 heures celui-ci affichait 27 °C ! Au programme 6 ateliers. Toutes les disciplines de la course nature sont réunies. Du mini cross au mini trail en passant bien sûr par des minis épreuves ascensionnelles, montagne et week-end de l'ascension Oblige -).
L'arrivée en haut de la Scia, Jonathan en termine...la météo décline...
Je prends la 5ème place en 34'05'' dans des conditions boueuses exceptionnelles. La chartreuse vient d'inventer l'aquatrail ! Je me rapproche de la 2ème place du général. J'ai partagé l'après-midi avec Jean-Charles un sympathique Suisse, ancien Boxeur reconverti en montagnard et Skieur Alpiniste et maintenant aussi Traileur. Maintenant il me faut regagner l’hébergement loué aux Essart à 1300 m d’alt. Ouf sa passe sans équipement, mais comment faire pour redescendre si la neige persiste ? 

Samedi - Jour 3 Maratrail, l’hiver :

Le décor est planté, la montée en direction du Col du Coq.
On aperçois Jean-Charles et plus loin c'est pire
Parcours ramené à 37 km 2000 m D+ environ en raison de la neige :
La neige avait fait son apparition dès le vendredi matin avec déjà 10 cm aux Essarts (petit Hameau de Chalet au-dessus de St Pierre). Et celle-ci n'a pas cessé de tomber durant la journée du vendredi à 1200 m d'alt. Imaginez les sols chauds et 20 à 30 cm de neige dessus. Les conditions vont être mythiques pour moi coureur de plaine peu habitué à de tels changements climatiques de cette envergure. Le parcours même remanié doit nous amener vers 1600/1700 m d’altitude. Un trail blanc sur environ 22 km du circuit nous attend, le reste n’étant pas non plus de tout repos avec beaucoup de boue.


Retour sur St Pierre de Chartreuse
Coté course, je suis assez vite en jambes, peu ou pas de courbatures c’est un bon signe, et cela souligne la qualité de ma préparation. Je réalise la montée du col du Coq (1434 m) en compagnie de Jean-Charles le Suisse. Très fort dès que les sentiers se lèvent vers les cieux, nous sommes au tour de la 5ème place. Nous contournons Chamechaude pour rejoindre le col de Porte (1326 m) 9 km plus loin. J’avoue que je ne m’attendais pas à être à ce niveau. Et pourtant dans la descente qui suit, je vais me sentir encore plus alèse dans la neige qui est devenu omni présente. Il faut faire la trace, la neige est molle et les appuis très fuyants, je vais reprendre un coureur et mets Jean-Charles à distance. Arrive une section un peu avant le col de de Porte et le pied du Charmant Som que nous allons contourner où s’enchainent petites montées et petites descentes (100 m de dénivelé à chaque fois) passage en balcon et dévers enneigés, cette section nécessite des relances, beaucoup de relances. Force est de constater que je ne suis pas au mieux car une petite grappe de coureur me rattrape. Je m’y accroche jusqu’à ce que celle-ci explose. Je ne suis pas le mieux mais je limite la casse. Il fait froid, du brouillard avec parfois une visibilité réduite à 50 m nous laissant à peine entrevoir le balisage posé sur le manteau blanc. Le vent souffle aussi très fort par moment sur des passages en crête. C’est peut-être dangereux ? J’avoue ne pas m’en être préoccupé, mais les conditions étaient vraiment limite, j’ai dû faire 2 ou 3 belles glissades sans conséquences. Après 3h00 de course je commence à avoir faim et j’attends le ravitaillement avec impatience. Arrive alors une descente dangereuse ! Déjà que ce n’était pas triste mais là, à quoi faut-il s’attendre ? Une descente périlleuse au travers les rochers couverts de neige. Neige en partie damée par le passage des coureurs du 25 km. Là, il y a moyen de se faire vraiment mal. Pour ma part je prends du plaisir et aborde la descente plein gaz, non j’exagère il faut être prudent et ne pas pousser à la faute les moins aguerris. Enfin le ravitaillement, je refais le plein et profite de la montée qui suit pour bien m’alimenter. Je finis cette course très bien mieux que mon GPS qui finit par s’arrêter après avoir affiché 33,5 km et 1800 m D+ dans les Gorges du Guiers Mort. Il reste alors 4 km et 250 m de D+. J’avale la dernière montée et franchi la ligne d’arrivée en 8ème position, 2ème V1 et pour le classement général des 3 jours je ravis la 2ème place à Jean-Charles et j’occupe la 1ère place en V1. Jean-Charles rétrograde à la 4ème place et a été prudent en descente.

au centre Sébastien, en bleu Benjamin et à gauche lecoureurdesbois !

Résultats scratch des 3 jours :
 
J’ai pris ma revanche après une grosse défaillance l’année dernière.
J’en profite pour remercier Philippe de Rando Running Bourgoin Jallieu pour la logistique et l’accueil et Raidlight pour le dossard.




Vidéo pour vous mettre dans l'ambiance :
 


jeudi 7 mai 2015

Chartreuse Trail Festival 2015


Plus que 8 jours avant mon premier opus montagnard  !
Cette année l'objectif sera d'éviter la grosse défaillance sur le trail de 42 km/2500 m D+ du 3ème jours. Le parcours s'annonce assez sympas et à 1ère vue moins long et exigeant que l'an dernier. Ce sera aussi l'occasion pour moi de retrouver mon ami Philippe à Bourgoin à la boutique Rando Running et de voir si je confirme mes progrets entrevus ces derniers mois.
Belle plaquette de présentation, n'est ce pas ?

Faites comme moi venez vous tester sur différentes épreuves, cela constitura un bon bloc de préparation pour vos objectifs à venir.
Toutes les infos ici

dimanche 26 avril 2015

Trail du Tacot Briard

Retour en terre d'origine !
Pour la 1ère fois en course à pied me voilà au départ d'un trail dans ce petit coin de la Brie qui m'a vu grandir.
La Vallée du Petit Morin, je l'a connais très bien pour m'y être entrainé quelques années durant ma période vélo que se soit sur les routes ou les chemins. Ici, chaques lieux ou chemins traversés me rappels des souvenirs, Biercy, Vanry, Montapeine, Hermitière, Bitibout, Bois Baudry...
Le parcours emprunte pour partie l' ancienne voie férée qui reliait les hameaux de la vallée du Petit Morin de la Ferté Sous Jouarre à Montmirail, "le Tacot" (quelques info ici).
Comme nous sommes sur un trail quelques belles bosses agrémentes le parcours, des bosses offrants parfois jusqu'à 100 m de dénivellé. Malgré tout le parcours va s'avérer assez rapide et la météo sera plus clémente que prévu.
Cela fait une quinzaines de jours que la pluie n'est pas venue arrosée l'Ile de France et malgré le changement de temps annoncé, les quelques averses tombées en fin de nuit n'auront pas suffis à modifier le terrain.
Coté course sur la ligne de départ nous retrouvons le vainqueur de l'an dernier Thomas licencié au club de Coulommiers et Nicolas ambassadeur Hoka, c'est deux la s'annoncent en favoris. Le départ est assez rapide avec un premier km couru en 3'45'' et sert de mise en bouche car nous attaquons l'une des trois plus grosse cote de la matinée en direction de Montapeine. La hiérarchie ne tarde pas à se dessiner. Déjà, Nicolas vainqueur sur la course des 3 Pignons il y a 15 jours se présente au sommet avec quelques longueurs d'avances. Pour ma part, bien calé dans sa foulée au pied de la bosse j'ai préféré réduire l'allure et me positionne en 4ème position et en observateur. Une descente sur Biercy négociée rapidement, mais un Columérien ronchon me rattrape et à la faveur d'un cafouillage ce petit groupe de 4 coureurs se reforme au pied de la cote du chemin des Vignes en direction de Vanry. Là encore, je vais me positionner en observateur. Trois cotes se succèdent sur les 4 premiers km et je préfère être prudent, il y a encore du chemin. Ce sera peut-être une erreur dans la course au podium tant le parcours est rapide. Passage à Vanry ou je prend le soin de saluer des visages familiers et ça remonte en direction de Jouarre, dernière difficulté avant bien 8 ou 9 km. Nous traversons le Gouffre puis redescendons sur Courcelles la roue où nous récupérons le Tacot. Au ravitaillement vers le 12ème km j'ai en point de mire mes trois coureurs une petite minute de retard sur Cyrille, Antonio et Thomas. Nicolas l'homme de tête déroule et fera la course seul en tête sans jamais être inquiété. 14 km dans la 1ère heure, sacrée moyenne sur un trail, la bosse des Neuillis approche. Je double des concurrents du 66 ou 87 km, pour eux la journée ne fait que commencer alors que nous en sommes à la moitié du parcours. Bosse des Neuillis 1 km à 10 % de moyenne, je trottine dans la montée et sur le sommet j'aperçois Cyrille comptant encore environ 1 min d'avance, Thomas et Antonio au coude-à-coude comptent deux bonnes min d'avance, a ce que je vois, ils se fond la guerre ? Derrière moi il semble que le trou soit fait au moins deux min se qui devrait me mettre hors de porté même dans la longue partie de plaine qui va nous amener jusqu'à Champlion. Sur cette partie j'ai l'impression de grignoter quelques poignées de secondes sur Cyrille. Cela se confirme au moment ou l'on reprend le Tacot au Montcel direction Busserol. La encore après une descente assez rapide il faut trouver les ressources pour bien relancer et retrouver une foulée efficace sur les longues portions roulantes. Mon rapproché se confirme, nous traversons le Petit Morin pour la 2ème fois pour prendre la rive droite et là nous attaquons l'avant dernière difficulté : La cote de Chavosse. La jonction avec Cyrille est faite un peu avant le sommet, je sens bien que je peu faire ici la différence sur mon adversaire, j'en ai encore un peu sous le pied pour faire un gros final. 4ème ou 5ème peu importe, j'ai aussi l'impression que le podium n'est plus jouable peut-être à tord, aussi mon esprit commence à s'évader vers les 3 jours de Chartreuse et mon gros mois de mai. Alors j'imprime le rythme sur cette fin de course sans vouloir enfoncer le clou et invite Cyrille à me suivre pour finir ensemble, voilà le sommet de la dernière cote à l'Hermitière puis la descente sur Saint Cyr sur Morin. Une arrivée main dans la main avec Cyrille.
4ème en 2:05:17 avec Cyrille Sevestre, devant, victoire de Nicolas Jamet sous les deux heures en 01:59:27 devant Thomas Dasilva en 02:02:54 et Antonio Ferraz complète le podium en 02:04:01.

dimanche 12 avril 2015

Trail du Josas 2015 - 20 km

Après nous avoir délaissé hier le printemps revient.Cette journée promet d'être magnifique.
Quatre semaines après le Trail du Ventoux je ne sais pas ou j'en suis, longtemps fatigué, j'ai passé plus de temps à récupérer que prévu. Du coup peu d'entraînement à travailler l'intensité.
Sur le 20 km du Josas je retrouve une grosse brochette de coureur du club et une vieille connaissance en la personne de Jeff avec qui nous avons pris part à de nombreuses courses de VTT dans la région. C'était il y a plus de quinze ans !
Déjà à l'époque Jeff faisait parlé sa puissance, et bien aujourd'hui ça ne change pas, il fait voler en éclat se gros peloton de 500 coureurs dans la montée du Montcel. Je n'ai pas le temps de m'attarder sur les œuvres d'art monumentales installées dans le parc. Je prends sa foulée et tache de m'accrocher, le plus dur de la cote passé je fais une grosse relance pour combler le petit trou d'une vingtaine de mètre creusé par Jeff. Je sens bien que cela va être dur de tenir. En plus, j'éprouve encore une fois sur une course, la difficulté de bien respirer. La désagréable sensation d'avoir du mal à faire rentrer de l'air dans mes poumons. S'ajoute à cela un cardio capricieux qui tarde à trouver le bon régime. Alors que nous attaquons une nouvelle montée mais cette fois si dans une boue collante, mon Jeff en perd sa basket, à peine revenu à sa hauteur qu'il est déjà reparti faisant encore parler sa puissance. Je dois me résoudre à le laisser filer. Derrière alors que nous abordons tout juste le 2ème kilomètre, une petite poignée de coureur refond leur retard, notamment on retrouve Mickael et un très jeune coureur. Nouvelle petite bosse, celle-ci, très raide me force à marcher un court moment, je suis sur le point d'exploser. Mickael s'échappe avec Jeff, moi je reste en embuscade avec se jeune que je peine encore à suivre. Du 3ème au 5ème km, je vais bien perdre une minute c'est ce que je peu estimer à la faveur d'une longue ligne droite. Bizarrement cela me redonne le morale car je me dis que tout n'est pas encore perdu. Me voilà maintenant solidement accroché à la troisième place à la faveur d'une bonne relance sur le plat. Les sensations sont nettement mieux, la respiration aussi. Le parcours est assez sympa les montées et descentes s'enchainent rapidements et je commence à reprendre du temps sur Jeff. Hélas pour lui, il n'est pas au mieux quand je vais le doubler il m'indique qu'il a de grosses douleurs musculaires aux jambes. Je m'envole alors pour une seconde place. Nouveau passage au dessus de l'A86, Benji m'informe des écarts, 2min30 de retard sur Michael et une demi minute d'avance sur Jeff, les autres sont loin. De retour à Jouy en Josas rien ne change Mickael l'emporte en 1h25'20' et j'arrive en 1h27 tout rond et 1er V1 enfin c'est Louis Marie qui complète le podium en 1h29'30. Jeff quant à lui n'aura pas pu sauver sa place sur le podium. L'organisation proposée par l'équipe et la commune est de grande qualité avec un tee-shirt technique de qualité et surtout une magnifique Paëlla permettant à tous de profiter du beau temps dans la convivialité et le partage. A noter le podium du jour sur le 35 km avec les frères Duhail et Vincent Viet, du gros niveau et pour conclure félicitation à Ludovic pour sa victoire sur le 50 km.
Tous les résultats du Trail du Josas 2015 : c'est ici
Toutes les photos du trail du Josas 2015 : c'est ici

Prochaine course dans 15 jours sur le Trail du Tacot Briard à Saint Cyr sur Morin mes terres d'origines.

lundi 16 mars 2015

Trail du Ventoux 2015

Photo Trail Endurance - On ne l'aura pas vu cette année
Ce trail ne restera pas gravé dans ma mémoire. Hélas la météo capricieuse n'aura pas permis à l'organisation de proposer le parcours original et l'ascension complète du Géant de Provence. Dommage, nous nous sommes donc contentés du parcours de repli. Et encore nous avons eu de la chance car ce dimanche matin le ciel est assez clément, pas de pluie mais un horizon bien bouché qui nous ne laissera à aucun moment entrevoir le sommet du Mont Ventoux. Durant la soirée et la nuit précédente la pluie tombée sur Bédoin c'était transformée en flocons sur les hauteurs du Géant. De la neige dés 1000 m d'altitude et celle-ci se fait de plus en plus présente au fur et à mesure de notre avancé dans les cieux. La tête de course aura du faire la trace dans 30 à 40 cm de neige fraîche.
La météo n'est pas la seule fautive. A croire quand même que j'ai besoin de conditions clémentes pour m'épanouir en trail. Non alors, la forme n'est pas vraiment au rendez-vous, sûrement trop de fatigue accumulée et un sommeil délicat durant la dernière semaine. Je sentais bien que la corde était bien tirée, la dernière semaine fut pourtant bien allégée... manque de lucidité dans ces moments on cherche toujours à se persuader que tout va bien. Résultat, des sensations moyennes durant la 1ère partie ascendante, impossible de faire monter le coeur dans les tours. Pourtant je limite la casse abordant la 2ème moitié aux environs de la 60 ème place. Tout reste encore possible pour me rapprocher de mon objectif une place au tour du top 50. Malheureusement, je dois vite me rendre à l'évidence, la fatigue aidant alors que j'aborde le dernier tiers du parcours et la section montagnes russes je suis incapable de relancer. Il n'y a plus d'essence. Je me fais doubler...et encore doubler.
Je vais limiter la casse... d'abord je vais garder mon calme, accepter la situation. Je prends un rythme fluïde à l'écoute de mes sensations, de toute façon je peu pas faire plus. Je marche dans les cotes et les relances se fond en douceurs ainsi je vais limiter la casse. J'arrive à me laisser aller dans la dernière grosse descente, compartiment dans lequel je ne me ferai presque pas doubler. Heureusement que musculairement ça tient encore le coup.
Résultat 97ème de retour à Bédoin, il était temps que j'arrive, vraiment. Je suis marqué et les jambes sont bien douloureuses. Je lâche une bonne vingtaine de minutes soit près d'une minute au km sur la 2 ème partie, a oueh qu'en même. J'étais loin de mon meilleur niveau
Alors j'ai bien envie d'y retourner l'année prochaine avec la forme pour me confronter au haut niveau.
Gros niveau, grosse densité sur ce trail, l'un des plus relevé de France.

dimanche 8 mars 2015

Cross de Grignon

 Dernier cross de l'hiver avant le trail du Ventoux qui sera le 1er objectif trail de l'année.
3 mois que je cours, roule soulève de la fonte en pensant au Ventoux.
Coté cross, encore une fois un peu comme au cross de Sceaux je me sens bridé. Est-ce mon manque d'entrainement en VMA, de la fatigue, l'effet vétéran ou tout simplement parce que je suis à fond ? ou les 65 bornes de vélo hier après-midi. Je n'en sais rien, certainement un peu de tout.  Je cours encore une fois avec l'impression qu'il me manque un petit truc mais avec le sentiment d'avoir été à fond aujourd'hui. J'ai pourtant bien essayé de suivre le vainqueur du jour, mais je devais vite me résoudre à le laisser filer.
Ensuite, je cherche à maintenir mon effort de manière à me mettre à l'abri d'un retour pour conserver cette 2ème place qui me tiens désormais à cœur, pas si facile à faire. Les écarts avec mes poursuivant tardent à s'agrandir.
Plus loin, les places étant maintenant distribuées, je souffle un peu, je pense de plus en plus au trail du Ventoux.
C'est donc sous un soleil radieux et une température digne d'un mois de mai que nous avons eu la chance d'évoluer et de découvrir le parcours légèrement vallonné proposé par l'école Agroparistech. Il est lui aussi magnifique et nous permet de découvrir le grand parc du château de Grignon théâtre de l'école et du cross aujourd'hui. Le terrain est assez collant et mou par endroit mais nous échappons à la boue. Des chaussures de Trail légères auraient sans doute été plus appropriées voir des pointes pour les puristes.
Je prends une belle 2ème place en 39'08 derrière Mickaël qui aura parcouru la distance en 37'22. le podium est complété par Clément un jeune étudiant de l'école de 18 ans mon cadet. Le temps tourne la vache...

J'ai vécu avec le fiston une bien belle matinée encore, comme nous les aimons, du sport et de l'émotion.

Le fiston prend une belle 5ème place au terme d'un sprint de 150 m, quelle fin de course! Dans sa course il aura eu fort à faire puisque il s'est mesurer à des coureurs souvent plus agés que lui.
Les résultats c'est par ici

samedi 7 mars 2015

Programme 2015

En route vers 2015...
Programme 2015

Après un régime de cross où l’objectif était de travailler l’intensité et conserver l’envie de s’entrainer pendant l’hiver, le printemps approche avec le gros de la saison et son flot d’épreuves de trail. De la nouveauté aux grandes classiques le calendrier bourgeonne d’épreuves de-ci-de-là sur toute la France. La France du Trail arrive à l’adolescence. De quoi sera fait l’avenir, c’est la grande question. L’IAFF et l’ITRA s’occupent de nous, non du Trail, enfin je n’en sais rien en fait. A quoi ressemblera le trail dans 10 ou 15 ans ?? ITRA

Donc mon programme après avoir participé aux départementaux de cross des Yvelines chez les vétérans, au trail de l’hivernale, au Cross de la ville de Sceaux où j'y ai obtenu une 18ème, puis 5ème et 6ème place, mes chaussures se trainerons sur les épreuves suivantes :
Printemps / été 2015
  • 8 mars, Cross de Grignon 10 km
  • 5 mars, Trail du Ventoux : 46 km et 2600 m D+
  • 12 avril, Trail du Josas : 20 km
  • 5 avril, Trail du Tacot Briard : 30 km
  • 14,15 et 16 mai, Chartreuse Trail Festival (3 jours de Chartreuse) : Kmv + enduro + Trail de 50 km et 3300 m D+
  • 30 et 31 mai, Maxi Race du Lac d’Annecy en 2 étapes (2X45 et 2 x 2700 m D+ env.)
  • 28 juin, Grand Duc de Chartreuse : 85 km et 4500 m D+
  • 19 juillet, Trail du Caroux : 34 km 2500 m de D+
  • 28 août, l'échappée Belle en Belledone : 47 km et 2700 m D+ et 4000 m D-
Un programme riche pour lequel je vais essayer d'être en forme sur le Trail du Ventoux puis sur la Maxi Race, Pas de Grand Duc donc pas de revanche, je joue petit bras ou la sécurité, le parcours 2015 ne m'emballe pas plus que ça. En tout cas cela promet d'être compliqué de rester en forme 4 mois d'affilés. Entre mai et juin le vélo prendra une place pépondérente dans l'entrainement pour favoriser la récupération.

Automne 2015 :
Cela reste encore définir mais probablement encore l'Impérial Trail :
  • Peut-être la course du Cul d'enfer à Mondeville : 22 km Echappée Belle
  • 26 septembre, Impérial Trail de Fontainebleau : 36 km
  • Trail du Viaduc des Fauvettes ou Buthiers Trail : 50 ou 30 km
Le reste est en gestation, l’envie ou la motivation décideront mais chose est sûre se sera dans ma région avec pourquoi pas un semi en novembre, là je m'avance peut-être un peu trop. je ferai le point au mois d'août.