jeudi 28 avril 2011

le Bugeat Corrèze Raidlight Trail 2011

Après une semaine âpre en entraînement et un trail de Montaigu dans l’Aube lors d’un séjour shoppinotouristicosportif avec famille et amis, le Bugeat Corrèze Raidlight Trail se dresse devant moi.
La Corrèze mélange de chlorophylle et de granit dans ce Limousin qui me tient à cœur de par mes racines qui y sont quelque peu rattachées. En général à chaque fois que j’ai pu faire une compétition en Limousin je n’ai jamais été déçu. Raid Multisports , VTT voire même trial et oui avec les 4 jours de la Creuse, le Limousin sait organiser, ce Bugeat Trail est donc à l’image de toutes ces manifestations auxquelles j’ai pu participer dans cette jolie région. Il n’y a donc rien à redire ou sauf peut-être un léger manque de participants. Environ 150 classés sur l’ensemble des 3 courses proposées ce dimanche, 11 - 22 et 45 km.
A cinq semaines de l’Annecime, l’objectif de cette première moitié de saison, je me suis inscrit sur le 45 km avec ses 1700 m de D+ annoncés, j’y vais pour m’aguerrir et améliorer ma condition physique. Dans cette optique je décide de prendre le départ pour la 1ère fois sur un trail avec des bâtons que j’ai encore peu utilisés à l’entrainement, il s’agit de bâtons en alu avec dragonne escamotable de marque Française SVP. J’ai vraiment besoin de m’exercer, je n’en aurai pas souvent l’occasion d’ici le 29 mai, alors je préfère prendre le risque, ici, plutôt qu’à Annecy. Pour compléter mon équipement j’ai opté pour des guêtres pour ainsi éviter toute intrusion de cailloux ou autre petit branchage dans la chaussure, ces guêtres se montrent particulièrement efficaces vu le nombre de km en hors piste et l’épaisseur des tapis de feuilles dans ces forêts.
Sur la ligne de départ je remarque une chose, je suis bien chargé par rapport aux autres coureurs, c’est vrai je n’ai pas fais attention, je ne sais pas combien de ravito compte ce parcours. J’ai pris mon sac à dos en configuration Annecime, c’est à dire avec poche à eau de 1,5 l et l’équipement obligatoire, couverture de survie, imperméable barres énergétiques téléphone portable…, ne manque que les manchettes et le corsaire à la place du short. Je n’ai pas pesé le sac de peur de me briser le moral, je pense avoir 3 kg sur le dos peut-être plus, tout équipé je dois bien peser 83 à 84 kg. Promis je vais peser tout ce barda.
Nous sommes partis, avec une cinquantaine de coureurs nous effectuons le tour du stade Alain Mimoun qui est originaire de cette petite ville Corrézienne puis nous attaquons la 1ère descente avant de quitter Bugeat par une petite grimpette, le rythme vient de s’accélérer et s’accélère encore à chaque petit talus. A la faveur de ces petites difficultés, un groupe de tête commence à se former, d’abord 3 coureurs dont je fais parti avec Sylvain de l’Elan Ussel et Christophe du Tulle AC. Le rythme s’accélère encore et Christophe finit par partir seul. Derrière un nouveau regroupement s’opère avec un groupe de 4 coureurs, nous retrouvons le soutien de Frédéric de Bugeat et de Didier du Herbauges AC, pour ce dernier je ne suis pas sûr que ce soit lui. Le rythme est élevé voire très élevé et Thierry des Twix Creusois ne l’entend pas de cette façon, il en remet une couche et part à la poursuite de Christophe. Nous avons avalé les 5 premiers km à plus de 12 km/h de moyenne. Nous attaquons alors une nouvelle bosse à la sortie de la Bâtisse et tout semble vouloir s’éclaircir, mon groupe explose et je laisse filer pour quelque temps Sylvain mais j’ai aussi la surprise de me faire doubler par l’homme qui était en tête en la personne de Christophe certainement un peu distrait, il a loupé la bifurcation dans le pré avant la Bâtisse, je suis alors 4 ème puis 3ème quand Sylvain lâche prise lors d’un arrêt technique, je ne le reverrai qu’à l’arrivée.
Alors 3ème, j’essaye de rester au contact visuel avec les 2 loustics de tête, avez-vous suivi, qui sont-ils et bien Thierry le véloce et Christophe le distrait, j’attaque la descente du Roc des Jacques, 200 m de dénivelé négatif en hors piste tout droit dans la pente, (à ce moment me vient une petite pensée, je ne suis pas déçu de mettre aligné sur ce trail, parfait pour parfaire ma préparation). Plus tôt à l'aise dans les descentes je reviens sur les talons des hommes de tête, mais sa remonte dur après le Pont Piquemenu au-dessus du ruisseau Menouiex, nous attaquons l’ascension du Puy le Cluzard et je reperds un peu de temps, décidément je ne suis pas bien dans les bosses, c’est vrai je ne me sens pas dans un grand jour à moins que ce ne soit le chargement, je suis obligé de marcher assez rapidement, il me semble plus qu’a l’accoutumée. Malgré tout j’arrive au prix d’un effort somme tout à fait raisonnable à recoller au duo, nous voilà enfin tous les 3 réunis. Il reste encore 30 km, et je décide de mettre à contribution ma technique en descente pour m’évader, je veux ainsi prendre un peu d’avance vu ma piètre prestation en montée. Je suis ainsi le premier coureur à entrer dans le Village de Tarnac où le Journaliste de la Montagne me demande d’où je suis, c’est marrant. Qui dit village dit ravitaillement, seul Christophe prend le temps de se rafraichir et nous repartons tous les trois, nous longeons la Vienne jusqu’au rocher Ste Marguerite. L’ascension qui suit va voir la propulsion de Thierry dans les nuages, il court alors que je marche, je ne cherche pas à m’accrocher nous sommes tout juste à mi-parcours, je me porte maintenant à la hauteur de Christophe qui grimace, il n’a pas l’air au mieux, enfin je ne lui en dit rien. Nous échangeons quelques mots, il m’informe qu’il a couru Tulle Brive il y a 2 semaines, (plus tard, en regardant les résultats je constate qu’il avait pris la 7 ème place de cette classique remporté par Thierry Breuil et que l’autre Thierry lui avait prit la 5 ème place) et qu’il doit courir le Nivolet Revard dimanche prochain, sacré programme. Pour finir je finis par me retrouver tout seul et arrive au ravitaillement du bois de Cholet sur les hauteurs de la Combe avec déjà 6 min de retard sur Thierry, Ouille petit coup sur la tête. J’indique à Christophe qui arrive tout juste avant que je ne reparte que nous sommes au 27,8 km, il a l’air de souffrir. Je repars revigoré par le coca et les tucs, ce coup-ci nous traversons la Combe, je commence moi aussi à être un peu entamé, un départ un peu rapide c’est sûr mais j’ai voulu prendre le risque pour voir et prendre ainsi le bon wagon. Arrive maintenant le village de Bessette où je suis d’abord accueilli par 2 enfants, l’un à vélo et l’autre en courant, tels 2 messagers ils partent rameuter tout le village, un coureur arrive ! J’adore ces petits villages authentiques, le temps s’est ici arrêté, je poserai bien mes valise, mais v’là t’y pas que je m’étrangle avec mon coca à la vue de 2 coureurs se rapprochant de la table du ravitaillement, je ne les attendais pas et je ne les attends pas, je repars dare-dare, déjà 15 min que Thierry est passé, merde j’ai vraiment dû m’endormir en chemin, en fait, je le saurai plus tard mais ils s’agit je crois de Frédéric et de Didier déjà entrevus en début de course. Ils se sont perdus et vont attendre le passage des coureurs pour réintégrer leur place initiale, très bon état d’esprit dont ils font preuve, bravo. En tout cas n’en sachant rien à ce moment de la course je repars de plus belle, il faut que je résiste, la fin de course va se jouer au mental, tout le monde est entamé et il faut que je sois hors de portée de fusil. Cette fin de parcours est moins exigeante le difficile est derrière nous, mais il faut se forcer à courir dans les faux plats, il est tentant de marcher, nous longeons les étangs de la Voûte et du Condeau on m’indique encore 5 km puis le village de Condeau arrive et son dernier ravitaillement, ce n’est pas faux mais j’ai 41 km sur le GPS. Les tourbières me rappellent celles du début de parcours et je commence à me demander si je ne suis pas reparti faire une 2 ème boucle. Ouf, non je reconnais enfin la dernière tourbière qui était la première tout à l’heure et la succession de troncs d’arbres à escalader. Je sors de l’écrin de verdure et voilà Bugeat, j’aperçois le complexe sportif mille sources là-haut, encore un dernier petit effort, avec quelques crampes je passe enfin la ligne d’arrivée accompagné par quelques gouttes de pluie annonciatrices d’orages.
Thierry Mignon est déjà arrivé depuis presque 28 min, cela fait un peu plus de 1 min au km depuis qu’il m’a quitté, et me voilà en train de raconter la course au micro. Ce fut un très beau trail, bien sympa. Dites, à quand le TTLV (trail tour du lac de Vassierre).
Finalement ce sont 46,5 km qui seront parcourus pour 1850 m de D+.

Les 20 premiers :

1 MIGNON Thierry 04:26:03 twix creusois ; 2 BRESSON Guillaume 04:53:58 RUMBA ; 3 VIMONT Sylvain 05:01:49 Elan USSEL ;4 EYMARD Olivier 05:10:46 ; 5 BUCHON Damien 05:15:31 ; 6 DESPROGES Frederic 05:16:36 Bugeat athlétisme ; 7 LOYEN Didier 05:16:36 HERBAUGES AC ; 8 GRELAUD Bruno 05:23:21 Kikourou.net ; 9 FORDIN Christophe 05:23:26 TULLE AC ; 10 RONDEAU Herve 05:23:36 SAM GUERET ; 11 DOUCET Eric marie 05:25:51 ; 12 LACOTE Sylvain 05:26:01 CSA GUERET ; 13 BACONNET Gerard 05:26:46 ; 14 ROUCHIER Frédéric 05:48:51 ; 15 CUGGIA Bruno 05:52:26 Villenove AC ; 16 DUCROT Alexandre 05:54:21 ; 17 NEDELEC Fanny 05:56:16 – 1ère Femme ; 18 BERRET Gilles 05:56:51 ; 19 PORTE Jean claude 06:00:15 ASPTT BLOIS ; 20 BINOVSKI Christophe 06:04:31 Rambouillet sports.

Toutes les photos sont de Jacques Delhiere.

8 commentaires:

Eponyme a dit…

Bravo Guillaume, tu tiens la grande forme ! Tu vas envoyer du bois à Annecy, j'en suis sur ! ;)

Guillaume BRESSON a dit…

L'Annecime, ce sera différent et plus dur, en espérant ne pas être gêné par les blessures.

knix05 a dit…

Grande forme et podium ! Félicitations.

titi des twix a dit…

beau recit et j'espere qu tu vas apprecier l'annecime.(Je vois que je ne suis pas le seul à avoir la hantise de la blessure).
A+ peut etre sur une course ? qui sait bien que maintenant je fais faire un peu plus de CO.

FD a dit…

Merci pour ton commentaire sur le trail 2011.
On est prêt pour 2012 avec des parcours améliorés, un site internet http://www.bugeat-treignac-athle.fr/, une arrivée originale dans le bourg de Bugeat.
En espérant t'avoir parmi nous le 29 avril.
Cordialement
François Desproges (organisateur du BCRT)

Guillaume BRESSON a dit…

je n'ai encore rien prévu pour Avril. J'ai bien envi de retourner du coté de Roquebrun dans l'Hérault, peut-être en remontant par Bugeat à moins que cela soit l'Ardèche.
Je vais réflèchir mais se sera sur le 12 ou le 22 km pour 2012.

Anonyme a dit…

j'avais raté ce beau commentaire. Tu sembles connaître la région?
je mats le lien sur notre site

A bientôt Patoche co organisateur et blogmaster, SMAG et Bugeat-treignac athle

Guillaume BRESSON a dit…

J'ai de la famille à coté de St Léonard de Noblat.