mardi 22 octobre 2013

Trail des 7 Hameaux - 20 octobre 2013 - 27 km au coeur de la baston...

Photos Fred sur Picassa- Cote de la Goutte d'or
Christophe et Rémy, j'arrive en 3ème plan...
 J’ai vendu chèrement ma peau, vous me direz c’est normal : qu’est ce qu’un « coureur des bois » ? Vous ne le savez pas ? La suite vous donnera un aperçu.
De la vallée du Rhodon à la vallée de la Mérantaise.
Au milieu de ces 500 individus, ça commence par un départ rapide. Je me place au plus prêt de la tête de course. Quelques centaines de mètres et les frères DUHAIL sortent du rang assez rapidement, ils sont, un ton au dessus. Mais derrière c’est assez homogène, ça ce tien à pas grand chose. Alors, je décide de prendre des risques pour voir où cela va m’emmener et essayer de tirer mon épingle du jeu. L’entrainement va-t-il payer ?
Le début de course, c’est dur, je souffre et je trouve que ce n’est pas du tout naturel. Pourtant je m’accroche au sein d’un petit paquet d’environ 6 coureurs parfois parsemé et recomposé notamment à Port Royal à la faveur d’une zone de flou, nous ne savons pas trop quelle direction choisir. Une rubalise en face et une autre au loin à gauche ? Enfin nous repartons sur le bon chemin sans avoir coupé au contraire, j’ai même fais un petit aller retour d’une centaine de mètres alors que j’étais sur le bon chemin semble t’il. Ils auront leurs importances…

Encore une place de perdue, moi en second plan. Je suis cramé !
Après Port Royal, c’est le chemin Jean Racine, je connais assez bien ce secteur pour m’y entrainer la semaine. Je connais cette trace sur le bout des doigts même de trop... Pris dans mon élan dans se fameux mono trace qui serpente entre les trous d’obus, je traverse un chemin puis le fossé tel un chevreuil et butte contre un chêne fraichement abattu. Demi tour pour reprendre le bon chemin, entre temps trois coureurs sont passés et disposent de près de 30 secondes d’avances, je suis 6ème. Je m’en veux terriblement car je n’aurais pas du faire cette erreur. Enfin, il faut repartir au combat et reprend le rôle du chasseur. Seulement, l’écart grandi et doit avoisiné la minute. Derrière mon compagnon d’infortune marque le pat, suivent d’autres coureurs, les écarts restent faibles. La partie qui nous mène jusqu’à Voisins est roulante et n’est pas à mon avantage. Je ne me retourne plus, il reste environ 10 km. Arrivée dans une partie sinueuse et bosselée, quand je demande à un bénévole si le groupe de trois est loin, elle me dit non. Quelques hectomètres plus loin je suis sur leurs talons et à la faveur d’un gros talus je les aperçois.
La vallée de la Mérantaise, l’épilogue…
Philippe à la rescousse reste 500 m, aller, hop, hop, hop...
Je fais la jonction en abordant la descente et attaque de suite profitant de mon élan, sans creuser je maintiens mon effort et aborde en tête la première des 4 cotes de ce final haletant. A mon rythme je creuse vraisemblablement un écart, je ne me retourne pas. 2ème bosse à Magny Village petit écart d’à peine 10 secondes, c’est dire si c’est serré après 24 km. Je poursuis mon effort, le tout pour le tout on m’a annoncé 3ème et l’idée de faire un podium me motive. 3ème bosse qui mène dans le très beau Bois des Roches, l’écart se maintien, je suis à fond. Derrière Christophe et Rémy reviennent dans la partie boueuse, je m’attendais pas à trouver au tant de boue, mon mètre quatre vingt quatre et mes 80 kg ne m’avantagent pas dans cette partie de patin à glace. Au bord de l’asphyxie je les laisse filer de quelques secondes. 4ème et dernière cote du final « cote dite de la Goutte d’or » ce n’est pas une blague. Je m’arrache comme je peux, dans un état de souffrance comme je n’en ai pas connu depuis quelques années, je me hisse et pousse sur mes jambes tout ce que je peux. J’arrive à refaire une partie de mon retard, mais je suis au bout du bout, à l’agonie, et finalement mis à mort par un autre coureur qui revient comme une balle en cette fin de course. Je vais perdre 3 places en un seul kilomètre malgré les encouragements de quelques amis, j’hurle. Mais je me suis battu comme un beau diable, je l’ai vendu chèrement. Finalement je fini 6ème en 02:16 :26 et hélas à 35 secondes du podium. Petite déception mais au combien content d’avoir participé à une telle bagarre sur ce beau circuit. Je ne m’attendais pas à être à ce niveau. Résultats : http://www.traildes7hameaux.fr/

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci Guillaume pour ce joli récit, et bravo pour ta course.
Christophe

Eponyme a dit…

Tu t'es dépouillé, bravo Guillaume !

Guillaume BRESSON a dit…

Merci à vous,
Christophe j'ai apprécié le combat que l'on a tenu !

Anonyme a dit…

Bravo mon frêre !

Rémy a dit…

Bravo Guillaume,
Rude bataille sur la fin de ce parcours, mais effectivement le dernier KM était quelque peu à notre avantage, un peu beaucoup de boue et une bonne côte, mais quel plaisir d'avoir partagé cette si belle course.
A très vite.
Rémy.